Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

CHANCE

Chère mamie,

Voilà bien trop longtemps depuis ma dernière lettre.
Je te parle très souvent dans ma tête.

Je sais que tu t’inquiètes pour moi. Mamie faut pas. 
Tu sais, j’ai jamais été aussi épanouie et si je suis toujours ici, en Australie, c’est que j’y suis comme chez moi. Je me sens juste bien. Je fais les choix que mon instinct me murmure, j’écoute ce que les oiseaux racontent le matin, j’observe les couleurs du ciel le soir après une journée de travail ou sur la moto. Je rencontre les bonnes personnes, celles qui m’apprennent tout ce que je n’avais pas imaginé apprendre un jour. Je ne sais pas de quoi sera fait demain, ni après demain, et cette pensée me rassure. 

Parfois, évidemment je doute, je fatigue. J’ai le vent de face. Et je perds le nord, mon Nord. Et puis mon ventre me dit que je suis toujours dans la bonne direction, de tenir ferme, accrochée à mes rêves. PERSÉVÉRANCE.

Je connais le prix que je paye pour ce bonheur, mamie. Je connais le prix d’une vie à l’autre bout de ceux qui sont ma vie. Je dois choisir entre être libre seule ici ou être entravée chez vous, avec vous. Mon clan, mon sang, ma tribu. Vous qui me manquez tant.

SACRIFICE. Je sacrifie ma famille, mes amis, pour cette vie là, celle ici. je sacrifie les liens d’amour pour la liberté. C’est le seul choix, car une vie à moi, je n’en ai qu’une. Et ça, je sais que tu comprendras. 

Mais lorsque l’on me dit que j’ai de la chance d’être là où je suis, de faire ce que je fais, tu vois mamie, j’ai la rage.
Quand on me dit que j’ai de la chance d’être libre sur cette immense île, de profiter de la nature et des belles choses, j’ai une rage sourde qui gronde dans mes tripes. Celle que j’avais quand je trayais 1000 vaches deux fois par jour dans le froid des heures et des mois durants accompagnée de Bruce le chien.

Quand on me dit que j’ai de la chance de vivre cette vie d’aventure, j’ai une rage silencieuse qui me noue la gorge. Celle que j’avais quand il a fallu prendre mes os cassés en patience et réapprendre doucement à reprendre mon courage à deux mains, remonter sur la moto et poursuivre le chemin. RÉSILIENCE.

A tous ces gens là qui profèrent le mot CHANCE comme une amulette qui les protégerait bien de ne pas avoir à prendre de décisions, à prendre le risque de vivre sans concessions, j’ai envie de leur dire deux, trois mots.

PERSÉVÉRANCE. SACRIFICE. RÉSILIENCE.

On ne voit toujours que ce qu’on a pas et on néglige notre propre chance, celle qui est juste là sous notre nez, cette famille qui est toujours à nos côtés.

A chaque fois qu’ils prononcent le mot chance, je vois ton visage derrière mes paupières. Celui que je reverrais probablement plus jamais. 

Sous mon casque, les larmes amers versées me font goûter le prix de ma liberté.

Mamie je t’aime 
Si fort 

Ta biquette (enragée) 

Publicité

Un avis sur « CHANCE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :