Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

CHÈRE MAMIE #1

Chaleur animale

Chère mamie,

Ça fait un petit moment que je ne t’ai pas écrit. On perd vite la notion du temps quand on travaille beaucoup au milieu de nulle part. 

Je travaille en effet à nouveau dans une ferme laitière. Je suis entourée au quotidien de 900 vaches, trois chiens et un chat! Ça te plairait. Plus d’animaux que de gens. Tout est si simple avec les bêtes. Ils sont ce qu’ils sont et rien d’autre. Pas de complication, pas de faux semblants. 

Il y a Ronaldo qu’on appelle Ronni, le chat qui se comporte comme un chien. Pas sournois, toujours câlin. Quand je me sens d’humeur fainéante après avoir mangé, je m’étale sur le tapis du salon avec lui. Je colle mon nez dans son cou tout chaud et doux et je sens les vibrations de ses ronronnements. C’est fou comme ça m’apaise. 

Il y a Carbi, un petit chien noir au poil long. Carbi est discret. Il est là, on l’aperçoit à peine. Il ne demande jamais rien. Il ne lâche pas d’une semelle ses maîtres à l’arrière des petites voitures 4×4 quand ils vont chercher les vaches ou niché sous les mangeoires de la salle de traite… Il vit sa vie ! 

Il y a Lucy, une petite chienne à poil court aux tons clairs. Derrière ses airs de mini peluche, c’est une tueuse! Le matin, dans les près, elle et Carbi chassent les wallabies (et en tuent quelques uns…). Elle se met à trembler dès que je dis son nom tellement elle est excitée d’avoir un peu d’attention. Mais elle attendra patiemment pour recevoir des caresses ou de la nourriture. Elle est très obéissante et intelligente.

Enfin il y a Oly, mon petit préféré. C’est un chiot border collier, un chien qui n’est heureux qu’en travaillant. Ils ont ça dans le sang! Oly est un vrai pot de colle, il n’a jamais assez de caresses et d’attention. Il est jaloux comme un poux quand on s’occupe des deux autres en face de lui. Il ne comprend pas grand chose à ce qu’on lui dit mais c’est une bonne pâte. Si bien que peu importe ce que je lui dis, il se met sur le dos les quatre fers en l’air! Des fois ça m’exaspère mais je finis toujours par craquer et lui gratter le ventre. 

Quand je rentre de la traite, je vais directement sur la terrasse retrouver les chiens. Je m’assieds quelques instants pour observer le paysage et le soleil qui se couche. Apprécier l’instant. Ces boules de poils un peu cracra mais pleine d’amour collées à moi et qui me donnent un peu de leur chaleur. 

Je n’ai pas serré dans mes bras mes parents et ma sœur depuis 19 mois. J’ai compté. Je ne t’ai pas prise dans mes bras et n’ai pas embrassé tes joues à la peau fine et ridée depuis 20 mois. Alors quand ma famille me manque, quand le contact humain me fait défaut, et que j’ai ces petits corps d’animaux serrés contre le mien, je sens qu’ils me transmettent quelque chose de précieux. De l’énergie. 

Ma petite mamie, en ce moment, plus encore que jamais, tu es seule. 

Je te vois dans ta chambre de la résidence. Tu regardes à travers la baie vitrée vers le balcon en ciment et le bout de jardin mais tes yeux butent sur cette palissade. Alors tu regardes la télé. Mais tes yeux fatiguent maintenant. Heureusement qu’il y a de temps en temps des oiseaux qui viennent te dire bonjour. Avec toi, ils savent qu’ils sont en sécurité. 

Ma petite mamie, en ce moment, encore plus qu’avant, tu n’as plus la notion du temps. Il s’étire et tu somnoles. Tu attends que ça passe. 

Ma petite mamie, je pense tellement à toi. Mais je n’ai même plus le moyen de te contacter, alors je vais t’écrire. Toutes les semaines, je te raconterai ma vie à la ferme. Toutes les semaines tu me verras pousser la palissade de ton bout de jardin, enjamber le balcon, ouvrir la baie vitrée et te prendre dans mes bras. Je t’emmènerai dans ces prairies magnifiques, on ira chercher les vaches assises dans la petite voiture de la ferme recouverte de boue. Je te montrerai le point de vue que je préfère. Quand je m’arrête quelques secondes de travailler pour admirer les collines. Que je souris bêtement et que je suis simplement heureuse d’être là. 

Ma mamie, je sais que tu lis ces mots seule dans ta chambre. J’espère que tu pourras sentir toute la chaleur et l’amour qui en émanent et qu’ils t’envelopperont comme Carbi sur mon épaule et Lucy sur mon ventre. J’espère qu’ils t’apaiseront comme la respiration endormie de Ronni sur le tapis. Dans mes mots je te donne tout mon amour, ma mamie. 

Prends bien soin de toi. 

Tu es partout autour de moi.

Ta petite biquette 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :