Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

DÉCLARATIONS #1

Cette année pour Noël, comme je suis, une fois encore, assez loin de mes proches, j‘ai décidé d‘offrir quelque chose de personnel, qui ne nécessite ni argent pour les acheter, ni poste pour les envoyer. Mes mots d’amour, portraits, lettres et déclarations. 

***

Chère Mamie,

Je crois que tu aimerais beaucoup l‘Australie. Il y a des oiseaux partout et de toutes sortes. Il y en a un qui s‘appelle le Kookaburra rieur. Drôle de nom pour un drôle d’oiseau! Le soir à la tombée de la nuit, ils se mettent à chanter. On dirait alors qu‘une colonie de singes est perchée dans les branches et se paye nos têtes. 

Je travaille dans une ferme laitière et continue à rouler à moto dans la campagne environnante. Chaque jour j‘en apprends un peu plus sur le monde et la nature qui nous entoure. Chaque jour je pense à ma grand-mère qui, elle la première, m‘a appris à observer en silence les moineaux venus picorer les morceaux de pain laissés sur la table de la terrasse. 

Tu n‘as pas toujours eu la vie que tu rêvais d‘avoir, alors quand je m‘acharne à aller au bout de mes envies, que je persiste à faire les 400 coups à deux roues, sans me soucier de ce que l‘on attend d‘une femme de 30 balais passés, t‘es un peu avec moi. D‘ailleurs, des fois je me demande si c‘est pas toi, là-haut sur cette branche, que j‘entends rigoler. 

J‘aimerais être rentrée avant que tu partes. Je sais que tu attends ce moment avec impatience. Tu as donné et tu veux juste la paix. Si jamais, toi et moi on se rate de peu mamie, saches simplement que chaque jour, où que je sois, tu es avec moi. Et où que tu ailles, tu seras toujours à mes côtés. 

Dans le rire moqueur des Kookaburra et le chant des moineaux, dans les jappements enthousiastes des chiens qui courent derrière les roues des voitures, dans les œufs de Pâques cachés au fond des jardins, dans le générique des feux de l’amour, les triominos gagnants que je ferais et dans tous les jus d’orange pressés que je boirais. Je te garderai auprès de moi à chaque fleur séchée glissée dans une lettre, dans la malice de mes mots.

Je me souviendrai de ma grand-mère comme de cette petite fille qui un jour a lancé des pommes de terre dans la cave de son école pendant un bombardement. Celle qui voulait rire plutôt que d’avoir peur. 

Je t‘aime. 

12.12.19 / Tallangatta South / Victoria, Australie

Publicité

Un avis sur « DÉCLARATIONS #1 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :