Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

PAQUET DE TUC

Je vais vous raconter une histoire 
Elle est pas particulièrement drôle mais y a pas de quoi faire un drame non plus 

C’est l’histoire de quand je vivais mon rêve à la Mad Max sur les routes kiwis
Et que 14000 kilomètre plus loin, je me suis vrillée l’épaule 
La clavicule comme le fond d’un paquet de tuc 
J’ai bien serré les fesses, me suis mordue la joue et j’ai tenu 

Quand l’assurance m’a demandé si rapatriement léger ?
J’ai pas faibli, j’ai pas failli
J’ai ramassé mes bouts d’os et sans ciller j’ai dit « non merci »
Autant crever 

Je ne vais pas m’arrêter si près du but
Si près de moi même 
Au trois quart de ma course 
A mi-chemin 

Trois mois à rouler 
Trois mois à me ressouder 
Les deux se valent 
A un moi près 

Voyager c’est quoi, si c’est pas ça. Éprouver ses forces, ses propres ressources, en même temps que ses limites et ses faiblesses. Le temps passé le bras dans l’attelle est aussi important que celui passé le cul sur une selle. J’apprends, je m’apprends telle que je suis. 

Alors on pourrait se dire: mais quelle égoïste! Hormis ses hauts et ses bas, ses os en tas, rien ne fait le poids. Que nenni mon ami. S’il y a bien une chose que je retiens de tout ce fatras d’aventures, c’est les autres. Ben oui, les autres quoi. Ceux qui sont pas moi. Ceux qui font de leur bras droit une béquille, de leur maison un abris ou de leurs mots un parapluie. Les autres qui ouvrent leurs portes, leurs cœurs, et m’y enserrent comme un meuble miteux mais précieux. Ceux que je ne connaissais pas il y a 6 mois. Je pense à vous et je sens des échafaudages me pousser dans les jambes. Mais pas que! Il y a aussi les autres que je connais déjà. Ceux qui avec de simples messages insèrent des échasses sous mes pieds, ceux qui me disent que je les inspire, alors qu’ils sont ceux qui me font m’expirer, me souffler hors de moi.

A vous, à vous les amis, les inconnus, de ma vie réelle ou du cyber monde, à ceux qui croient en moi plus que moi-même

MERCI

Sans vous, je serais pas plus que le fond d’un paquet de tuc. 

02.06.19 / Wellington / Nouvelle-Zélande

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :